une heure vingt-deux

On s’était pas vues depuis des semaines, et puis l’attraction des corps, la lumière, le parfum de ses cheveux. C’est comme, retomber doucement dans une vague qui nous emporte, je sais pas toujours comme dealer avec ça, moi non plus – je veux pas te briser, sûrement, je sais que mes mots te blessent parfois, la nuit.

Et puis il ya eu ses mains, je ne lui ai pas encore donné de nom, peut être. J’ai jamais couché avec un mec de 13 ans mon aîné, à deux ans presque. J’ai jamais baisé un père de famille. I’m not even sure I’d like to fuck him _ him to fuck me. 

Mais ses mains. 

L’amour. L’égoïsme. La simili liberté qui réduit l’espace offert aux autres. Ce ne serait pourtant pas plus simple sans cette polyberté, dans un monde idéal, on me retrouverait étouffant sous l’oppression sociale et la jalousie d’un choisi-pour-compte.

Je divague, souvent, je ne sais pas toujours qui je trompe, elle, ou lui. Je ne peux certainement pas considérer égaux tous les partis. 

Peut être que la nuit portera conseil.

Paris, J-20. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s